samedi 13 mai 2017

Ma fille, j'ai dû apprendre à t'aimer


La maternité m'est tombée dessus comme une tonne de briques. J'avais seize ans, je me cherchais, je n'avais pas encore trouvé la réponse à "que voudras-tu faire lorsque tu seras grande". C'est bien pour dire, je n'avais même pas eu encore mon premier emploi d'étudiante. Pourtant, lorsque j'ai su que j'attendais celle qui allait être la première merveille de ma vie, j'ai su avec certitude que rien ni personne ne parviendrait à me convaincre de ne pas la garder. J'étais soudainement devenue grande et c'est ce que je ferais pour le restant de mes jours; être sa maman. 


Rapidement, j'ai idéalisé notre rencontre. Je compterais enfin pour une autre personne au point d'être tout son monde. Je serais le point central de son univers et elle serait mon unique priorité. Nous allions nous aimer à l'instant même où nos regards se croiseraient. Ce serait le plus grand coup de foudre de ma vie, c'était l'évidence même!


Pourtant, les choses ne sont pas passés ainsi. Mon accouchement naturel fût intensément plus douloureux que tout ce que j'aurais pu imaginer. Lorsqu'elle est née, j'étais en état de choc. Cela a pris quelques jours avant que je puisse me reconnecter avec mes émotions, avec ce que je ressentais véritablement dans le fond de mes tripes. J'aimais cette petite fille, j'en étais même très fière mais je n'avais pas ressenti l'état de grâce auquel je m'attendais. Je n'avais pas entendu les anges jouer de la harpe, je n'avais pas ressenti une boule d'amour me foudroyer le creux du ventre. C'était plus subtil, plus doux, plus progressif que ce que je pensais.


Une fois à la maison, plus les jours passaient et plus je me sentais coupable de ne pas l'aimer au point où ça fait mal. Je ne comprenais pas pourquoi je n'étais pas différente d'avant sa naissance, pourquoi je n'avais pas cette certitude d'être devenue une mère, d'être devenue une autre personne. Je l'aimais, c'est évident mais pas de cette façon fusionnelle à laquelle je m'étais préparée. Je me sentais impuissante face à ses pleurs incessants, je me sentais fatiguée par toutes ses nouvelles corvées. 


Un jour, elle a été malade et nous avons dû l'hospitalisée. Je suis restée auprès d'elle sans la quitter ne serait-ce que cinq minutes. Tandis qu'une infirmière lui tenait fermement le bras afin de lui poser un soluté, elle se débattait en hurlant à plein poumon. C'est exactement à cet instant que j'ai senti mon coeur se serré si fort que j'ai ressenti une douleur physique dans tout mon corps. J'ai su exactement à ce moment précis que je pourrais mourir pour elle. Que je l'aimais plus de jour en jour. Que plus j'apprenais à la connaître et plus l'amour que je lui portais était fort. 


Je ne suis pas de ces Mamans qui ont ressenti l'instant maternelle à son paroxysme à l'instant même où leur bébé fut déposé sur elle. Je suis de celles qui ont dû apprivoiser ce petit être, qui ont dû apprendre à se faire confiance...


Ma fille, j'étais à tes côtés le jour où tu as donné naissance à ta propre fille. Ce jour-là, j'ai ressenti cet état de grâce pour elle. Je l'ai aimé à la seconde même où je l'ai vu parce que tu m'as appris il y a longtemps ce qu'est le véritable amour. Ce jour-là, je t'ai vu tomber en amour avec elle. Je t'ai vu dans toute ta maternité, je t'ai vu devenir une autre femme. Pour toi, contrairement à moi ce fut immédiat, ce fut palpable. Je suis si fière de toi ma fille xx



dimanche 2 avril 2017

Ma rencontre avec la mort


Cette nuit, la mort est venue si près de moi que je l'ai vu s'exécuter sous mes yeux. J'ai senti la vie quittée la main que je tenais dans la mienne. Cette nuit, j'ai accompagnée une vielle dame vers on dernier repos. Cette nuit, quelque chose a changé en moi, j'ai vu de mes yeux céder le mince fil nous reliant à la vie. La vie qui s'échappe doucement à un son bien précis, une sorte de relâchement de l'âme. La dame était si malade que j'ai invité la mort à s'approcher puis je l'ai remercié de ne pas avoir trop tardé. Mais j'ai eu peur, très peur, anticipant notre prochaine rencontre, espérant qu'elle m'oublie en partant. J'ai voulu lui demander de voir sa liste afin de m'assurer qu'aucun des miens n'y figuraient mais à peine ais-je lâché la main de la vieille dame qu'elles étaient déjà toutes les deux trop loin pour m'entendre. La mort, cette chose dont j'ai si peur. La mienne, celle des miens. Cette chose que j'ai repoussée à bout de bras mais qui s'est tout de même enfuit au petit matin avec une des personne que j'aimais le plus ici-bas. Son odeur aussi, si particullière, jamais je ne l'oublierai. 

J'ai dans mon métier emballé des corps. Lorsque ceux-ci étaient âgés, épuisés, le sentiment que j'avais alors était un peu comme border une personne épuisée mais pour les autres, refermer le sac était en fait un des sentiments les plus déchirants que j'ai ressenti,

Chère grande faucheuse, merci d'être venue cherchée cette dame qui t'attendait en vain depuis plusieurs mois, merci de lui permettre enfin de s'endormir d'un sommeil éternel. Par contre, tente autant que tu pourras de repousser notre ultime rendez-vous mais surtout celui des miens. Si un jour, une de mes filles figurent sur ta liste, je t'en prie prends-moi à la place... Je sais qui tu es, je t'ai vu à l'oeuvre, si tu ne le fais pas, je te retrouverai....

samedi 1 avril 2017

Ce chemin peu fréquenté

Il y a très longtemps, germa en moi la petite graine de ce qui alla être la quête absolue d'une vie entière. J'ignorais alors que cet amour que j'avais pour les mots s'adviendrait être mon atout le plus précieux. Dès que j'ai appris à écrire, j'ai compris que les mots, s'ils étaient bien choisis pouvaient ouvrir toutes les portes. À l'âge de sept ans, j'affirmais à qui voulait l'entendre que je serais écrivaine. Les adultes, tristes de me voir me bercer dans de si folles illusions, tentèrent dès lors de me détourner de mon plan. Voyant dans quel milieu pauvre et combien dysfonctionnel j'évoluais, ils savaient bien que le chemin menant à la réalisation d'un chemin destiné à peu si d'élu n'était certainement pas déjà tout tracé sur ma carte routière. Pourtant, je n'ai jamais cessé d'y croire, jamais. Quelque part en moi, j'ai accepté les nombreuses épreuves que la vie m'infligea parce que je savais qu'elles étaient ce qui allait composer les nuances de mon âme, qu'elle seraient à jamais là où je puiserai l'essence même de mes écrits. Quelque part en moi, j'ai toujours su que ce n'était pas moi qui y croyait à tort mais bien eux qui avaient tort de ne pas y croire. S'il y a une certitude que j'ai toujours eu c'est celle qu'un jour j'y arriverais et ce malgré le fait que tout laissait croire au contraire.


Nous étions pauvres, si pauvre mais l'année de mes neuf ans, mon père est arrivé à la maison fier comme un paon du cadeau qu'il avait pour moi. Il avait acheté une immense bibliothèque de douze pieds par 9 pieds qu'il assembla avec amour. Le comble de la surprise fut qu'il avait acheté des boites et des boites de livres. Des collections d'encyclopédies, des romans, des livres de références. Il prit "la grosse femme d'à côté est enceinte" de Tremblay puis me dit "commence par celui-ci puis lis les tous même ceux que tu ne comprendras pas, si tu veux écrire tu dois d'abord lire tout ce que tu trouveras. C'est ainsi qu'à onze ans, j'avais déjà lu presque tout le contenu de cette impressionnante bibliothèque. C'est également l'année de mes onze ans qu'il m'a offert ma machine à écrire qui trouva place sur le banc du piano devant lequel j'allais passé tout mon temps libre pour les prochaines années à suivre. C'est à ce même moment que j'ai compris que je n'étais plus seule dans mon rêve, que lui aussi y croyait.


De ce jour à aujourd'hui, je n'ai jamais cessé d'écrire, jamais. J'ai envoyé en vain plusieurs manuscrits, essuyée que des refus mais jamais je n'ai cessé d'y croire. Je savais que ce jour viendrait, je ne connaissais simplement pas la date. J'ai profité de ce temps d'attente pour écrire autant que cela était possible.

Cet été (2017), mon premier roman sera publié par les éditions Fides. Cet été, je serai là où j'ai toujours su que je serais parce que c'est une des raisons pour laquelle je suis née; parvenir à toucher votre coeur avec une symphonie de mots, amoureusement choisis.

Peu importe qu'elle est votre essence, ne vous en détournez jamais. Avancez, toujours et encore. Croyez en vous même surtout si personne d'autre n'y croit. Accrochez-vous le plus fort que vous pouvez et n'abandonnez jamais!!!! Débroussez le chemin de votre destinée et aventurez-vous en toute confiance :)

Mélanie







mardi 28 mars 2017

Le Jardin des Secrets: Ce que je n'ai jamais dit à personne

Le Jardin des Secrets: Ce que je n'ai jamais dit à personne: J'ai repassé dans ma tête des milliers de fois ce qui s'est passée ces 3 nuits-là. J'ai analysé seconde par seconde les événem...

Le Jardin des Secrets: Ce que je n'ai jamais dit à personne

Partager cet article

Le Jardin des Secrets: Ce que je n'ai jamais dit à personne

Le Jardin des Secrets: Ce que je n'ai jamais dit à personne

Le Jardin des Secrets: Ce que je n'ai jamais dit à personne

Ce que je n'ai jamais dit à personne

J'ai repassé dans ma tête des milliers de fois ce qui s'est passée ces 3 nuits-là. J'ai analysé seconde par seconde les événements. Parfois, je me disais que c'était de ma faute, que j'avais sans doute dû te faire saisir que j'avais un petit bégin pour toi, que je te trouvais beau et intelligent. J'avais douze ans, tu en avais vingt trois. Tu étais un homme, un adulte et moi je sortais à peine de l'école primaire. À douze ans, il est normal de trouver un jeune adulte de notre entourage beau, à douze ans on fantasme sur eux sans la moindre intention sexuelle. À douze ans, je demandais encore aux petits gars de ma rue de sortir avec moi en cochant oui ou non sur un petit bout de papier. À douze ans, je jouais à vérité et conséquences. Je venais de "frencher" pour la première fois avec Daniel Lanthier avec lequel je sortais par intermittence depuis mes dix ans. Daniel était plus vieux de deux ans, j'avais refusé d'aller plus loin et il m'avait laissé parce que je n'étais pas "déniaisée". Dans ma tête de douze ans, j'étais convaincue qu'il serait mon premier. J'ai longtemps regretté de ne pas lui avoir dit oui, ça m'aurait fait une première fois normale à raconter à mes filles. 


 Ça m'a frappé ce soir, parce que oui je l'avoue j'en suis venue à être tellement mélangé dans le rôle que j'avais joué que cela m'a même parfois fait penser que je t'avais peut-être accusé à tort. Après tout, je te trouvais beau. On m'avait agressée de mes 6 à mes 9 ans. C'était peut-être moi qui leur envoyait un certain signal? On ne pouvait pas à un si jeune âge attiré autant de loups sans en être la cause? Cela n'arrivait pas à mes amies (mis à part une), cela devait vouloir dire que c'était moi le probleme. Je te trouvais beau, est-ce que cela signifie que je te voulais, que je le cherchais?


J'ai eu honte de moi par rapport à toi presque toute ma vie, étant incapable de vivre avec se doute en moi; et si ce n'était pas un viol? Et si d'une façon ou d'une autre je t'avais permis d'en venir jusque là? Peut-être savais-tu que je te trouvais beau?


J'ai le cœur qui débat ce soir parce que je réalise l'absurdité de mon raisonnement. J'avais douze ans, j'étais immature. J'avais une permanente mal réussie, des grosses lunettes dont le verre si épais me déformait les yeux. Je portais des camisoles sport en guise de soutien-gorge, je portais des chandails Mickey Mouse. J'étais une enfant qui avait l'air d'un enfant. Je ne connaissais pas les hommes, je ne connaissais pas le jeu de séduction propre aux adultes. Comment ais-je pu porter toutes ces années ce fardeau de culpabilité? 


J'ai repassé des milliers de fois ces nuits-là. Mes parents étaient partis en vacances, une vieille dame nous gardait. Elle a fait un arrêt cardiaque et ils t'ont demandés de rester avec nous. Tu as accepté et honnêtement je me souviens clairement d'avoir été contente que ce soit toi. Une raison de plus qui m'a poussé à croire durant toutes ces années que c'était peut-être de ma faute. Je dormais cette nuit-là lorsque je me suis réveillée parce que quelque chose de lourd était sur moi, c'était toi. Couchée sur le sol, le bas de mon pyjama enlevé, je ne comprenais pas ce qui se passait. J'ai eu mal très mal. J'ai pleuré, je t'ai dit non, je t'ai supplié. Tu m'as fait taire, je me suis réfugiée dans le silence des larmes qui coulèrent sur mes joues. Tu t'es levé en m'ordonnant de me recoucher, je t'ai écouté. Deux autres nuits se sont enchaînées, trois autres nuits dont je porte encore le poids des larmes versées. 


Mais comment ais-je pu croire que j'avais pu le mériter? Je tremble en écrivant ces lignes car une infime partie de moi le pense encore. Je n'avais que douze ans, je n'étais qu'un enfant! J'ai 4 filles dont trois qui ont eu 12 ans. Je les ai observées durant leur douzième été, me disant à quel point elles étaient petites, à quel point il était impossible qu'elles lancent le signal à un adulte qu'elles pouvaient d'une façon ou d'une autre indiquer leur accord à une relation sexuelle. Comment ais-je pu croire que pour moi cela avait pu être différent?


Lorsqu'on a douze ans on ne donne pas notre accord à un homme, il le prend! Lorsqu'on dort et qu'on a jamais eu de relation sexuelle de notre vie, on ne peut pas donner notre accord, il le prend! Trouver un homme beau, n'est pas un acte de consentement à une relation. Lorsqu'on a douze ans, nous avons le bégin pour des acteurs, des p'tits gars de notre classe, les frères plus vieux de nos amis mais nous ne voulons pas coucher avec eux pour autant! On n'accepte pas la sodomie ! On accepte pas de perdre notre virginité non plus aux mains de ceux qu'on trouve beau !


Dire que je me suis sentie coupable toute ma vie simplement parce que je t'avais trouvé beau ! La vérité c'est que tu m'as violé, que tu méritais les six mois de prison que tu as fait, que tu m'as enfermée durant une vingtaine d'années dans une prison encore pire que la tienne, celle de la culpabilité !


Il est impossible que je sois la seule à croire que j'aurais pu le mériter d'une façon ou d'une autre. Je suis un livre ouvert, je raconte ma vie à qui veut l'entendre mais ce que j'ai écris dans ce billet, je ne l'ai jamais dit à personne ! Lorsqu'on me disait que j'étais courageuse d'être passé à travers cela, je me disais dans le fond de mon coeur que je n'étais pas courageuse, que j'étais coupable de l'avoir trouvé beau ! Personne ne sait le nombre de fois où j'ai pu me demander si c'était de sa faute ou de la mienne! Si vous vous reconnaissez dans ce texte et que vous avez envie d'en parler, n'hésitez pas à m'écrire, je prendrai votre main, j'écouterai votre histoire. 


Après toutes ces années, je peux dire avec une quasi certitude que tu m'as violée et que je ne l'ai pas cherché car à douze ans on cherche tout sauf ça !

*Pour partager ce texte sur les réseaux sociaux, vous pouvez copier le lien ou utiliser les icônes dans le carré ci-bas. Vous pouvez également laisser un commentaire de façon anonyme.

lundi 27 mars 2017

Ma petite chérie


Ma petite chérie, du haut de tes 14 longues années d'expériences en tant que terrienne, tu es persuadée que ma mission ici-bas est d'être sur ton dos, de scruter à la loupe tes moindres gestes afin de m'en servir comme munitions contre toi. Ma petite chérie, toi qui sembles connaître ce que la vie a en réserve pour toi,  qui semble convaincue que ton avenir se dessinera devant toi sans le moindre effort, que tu n'auras qu'à emprunter le chemin du succès pour récolter les fruits d'un travail que tu n'auras pas fait. Ma belle petite chérie, toi qui est plus riche de 14 printemps, pourrais-tu prendre le temps d'écouter ta Maman?

Tu argumentes lorsque je te demande de faire ta chambre, prétextant que c'est TA chambre et que par conséquent je devrais te permettre de l'entretenir à ta guise, selon tes envies et ta motivation. Tu as raison, c'est ton espace, personne mis à part toi n'y a accès. Si je tiens à ce que tu la tiennes propre, ce n'est pas pour en faire une salle d'exposition pour nos visiteurs ni pour la poster sur Printerest avec la légende "la parfaite chambre d'ado, partagez ma fille est une reine du foyer". Non, je tiens à ce que tu apprennes dès maintenant à entretenir ton espace de vie, qu'il s'agisse de ta chambre, d'un logement de 2 pièces ou d'un manoir.  Tu crois que ma principale motivation est de te faire suer mais mon objectif n'est que de t'inculquer le désir de vivre dans un environnement propre et organisé ou du moins le plus loin possible du cahot bordélique dans lequel tu vis présentement. Que tu remettre cinq fois au lavage un chandail déjà lavé que parce que tu ne l'avais pas rangé et qu'à force de traîner sur le sol il est plus facile de me le redonner à laver que de lui trouver une place dans un tiroir qui une fois ouvert ne se referme plus, ce n'est pas te montrer à t'éviter plus tard une surcharge inutile de travail dû à ta négligence ou ta paresse. Je vais te confier un secret: ta chambre dans le fond, je m'en fou complètement, tu ne me croiras pas mais c'est pour ton futur chez toi que je fais tout ça, pour celui qui partager le même espace que toi, pour mes futurs petits-enfants qui grandiront dans ce foyer dont tu seras la reine, dont tu seras l'exemple.


Tu crois de tes 14 ans que je surveilles ce que tu dis sur les réseaux sociaux que pour te contrôler, t'épier, te faire suer. Si je te manifeste mon mécontentement, que je t'ordonne d'effacer certains mots ce n'est que pour t'apprendre comment interagir en société, à te montrer à traiter les autres avec respect, à te guider dans ton apprentissage de comment devenir une bonne personne. C'est pour te protéger aussi, être le signal d'alarme qui t'avertira du danger devant toi. C'est mon rôle de te faire comprendre que les mots peuvent faire mal, que notre droit à la liberté d'expression n'est pas un pouvoir à prendre à la légère. Il est de ma responsabilité à te faire comprendre que chaque syllabe à sa portée et que chaque mot peut s'il est bien placé faire naître des larmes qui n'ont pas leur raison d'être, Je me dois de te prendre la main afin de te montrer que le web s'il est virtuel, ses conséquences sont bien réelles. Je vais te confier un secret: je veux seulement m'assurer qu'un jour tu pourras être fière de la trace virtuelle que tu auras laissé, que tu n'auras jamais à vivre avec les conséquences de photo que tu auras envoyée, de mots que tu aurais lancé. Je le fais pour toi, pour que tu m'apprennes pas à tes propres dépends que les écrits restent et ressortent lorsqu'on s'y attend le moins.


Du haut de tes 14 longues années d'expériences, je comprends très bien que tu ne saisisses pas l'importance d'une scolarité appropriée. Tu crois que j'ignore à quel point aller à l'école peut être lassant et difficile. Tu crois que je ne fais pas confiance que tu pourras te trouver un bon emploi sans scolarité. Ce que toi tu ne comprends pas c'est que ton apprentissage académique est la fondation de ce que tu seras demain, de ce que tu seras en mesure de réaliser. Ton assiduité et ta motivation actuelle définira le genre de travailleuse que tu seras.J'ai un secret à te confier: que tu fasses des études supérieures ou non ne changera jamais le regard que je porterai sur toi et sur ton potentiel à réussir ta vie mais c'est mon rôle de te pousser à donner le meilleur de toi-même dans tout ce que tu feras, de tout donner avant de d'abandonner.

Ma petite chérie, ta vie commence à peine, la mienne est déjà riche en Printemps. Je ne pourrai jamais empêcher toutes tes larmes de coulées mais il est de mon devoir d'essayer de t'en faire verser le moins possible. Je ne suis pas une Maman fâchée, toujours sur ton dos, je suis une Maman qui façonne doucement la jeune femme que tu deviendras en te remplissant ton sac à dos d'outils dont tu auras de besoin durant toute ta vie

Je t'aime de tout mon coeur.






dimanche 26 mars 2017

En 1980


Je suis née à la fin des années 1970, à l'époque où tout était brun et beige. Le mobilier, les façades des maisons, les voitures, les vêtements, tout y passait et pire encore, tout était ton sur ton. En 1978, Travolta faisait frissonner les "ma tantes" là où ça chatouille. J'ai grandi dans le temps où presque rien n'était interdit, où la fumée de cigarette guérissait supposément les maux de gorge et les otites. Ce temps où les bébés étaient nourris à grandes cuillèrée de céréales dès le premier signe qu'ils étaient prêts, c'est-à-dire vers l'âge de 3 semaines, où on calmait leurs pleurs à grand coup de suce trempée dans le sirop d'érable. Puis, mon enfance s'est dessinée sous l'influence des années 1980, en ce temps précis où les dents naturelles étaient rarissimes, où l'on célébrait notre majorité en arborant fièrement notre nouveau set de dents en plastique.


Les fameuses années 1980 où j'ai connu la danse des canards mais surtout l'inoubliable coupe de cheveux de Nathalie Simard. J'ai vu les adultes se bomber le torse en citant René Lévesque, je les ai vu revendiquer avec ferveur le pays qui selon eux leur revenait de droit. Je les ai vu aussi devenir morts de peur devant le sida, ce nouveau fléau qui semblait les effrayer comme si leur vie en dépendant. Je les ai vu éviter soudainement leur frère ou leur ami sous prétexte qu'ils étaient homosexuels, qu'ils n'étaient pas normaux.

Je viens de ce temps où s'habiller "Au Cotonnier" était cool, où porter des vêtements Vuarnert ou du "hand loose", l'était encore plus. Je viens de ce temps où toutes les familles avaient une ma tante Ginette qui venait de se découvrir un certain talent pour la réalisation d'affreuses permanentes, bref de ce temps où nous avions tous les cheveux grichoux, brûlé de par ces d'à dangereuses expérimentations. Je suis passé de petite à grande fille dans cette décennie où la toilette du matin nécessitait une bouteille de fixatif à cheveux pour se crêper le toupet en chantant à tue-tête "Vivre dans la nuit".  J'ai survécue à la mode des coupes champignons mais pire encore des coupes Longueuil. 

J'ai grandi en un temps où nous retrouvions les enfants à l'extérieur qui jouant pour la plupart tous ensembles jusqu'à ce qu'un de leur parent crie leur nom dans la ruelle.  signe manifeste qu'il avait besoin de lui pour une commission. En effet, l'enfant dont le principal rôle était "commissionnaire aux commissions du dépanneur",, s'y rendait alors accompagné de tous les jeunes de la rue, achetait les cigarettes, le 2 litres de Pepsi et quelques minis, allait les porter à sa mère en courant puis retournait jouer jusqu'au souper.

En 1980, j'avais une poupée qui sentait les Fraises, je mangeais des céréales qui goûtaient les fraises. En 1980, tout était possible, tout était beau, tout était fluo. Enfin libérés du brun et neige, les gens devenus fous optèrent pour le flamboyant, le plus que pas assez le maudît fluo. Mes années 80 furent marquées par Alf, Punky, Madonna, Calimero, Remy, Épopée Rock, Diane tell, Charlebois, Mickael Jackson, de Mickaël J Fox qui se promenait à travers le temps dans sa DoLorean.

Nous fabulions autourdun feu dans un camping douteux en racontant qu'en l'an 2000 les voitures voleraient, qu'on pourrait se voir en parlant au téléphone, que nous aurions des robots en guise de serviteurs. Je ne vous parle pas ici de nos espérances de parvenir à nous téléporter, à trouver un remède au cancer, à concevoir une pilule qui nous rendrait éternelle.

Je suis une petite fille des années 1980 et j'en suis sacrément fière lorsque j'y pense :)

Aux portes de la dépression

Tel un funambule, je marche précairement sur un fils de fer. Contrairement au funambule, je n'ai ni l'agilité, ni l'équilibre pour effectuer un tel exploit. Je vais tomber, je le sais, c'est l'évidence même. Mais je n'ai pas le choix, je suis déjà engagée sur ce mince fil. Que je rebrousse chemin ou que je continue jusque sur l'autre rive, la distance et la même et le risque s'équivaut. Je suis fatiguée, dans mon coeur et dans ma tête. Mes pensées m'épuisent, mes jambes tremblantes ne semblent plus vouloir me supporter. Je me sens prise dans ce bonheur illusoire qui est pourtant supposé me combler de bonheur. Ne suis-je pas une combattante, une guerrière, une exemple de courage? Mais non, je ne suis qu'une pauvre femme dans toutes sa complexité.

J'ai l'impression que la dépression est à ma porte. J'ai barricadée toutes les entrées, je pousse contre la porte, je tente de la repousser, de l'empêcher d'entrer mais elle me semble plus forte que moi. La barrière que j'ai construite avec des pièces trouvées ici et là, menace de céder à tout instant. Même le chien que je me suis procurée pour m'en protéger semble terrifié devant son insistance. L'ombre d'une imminente dépression menace l'accalmie de mes nuits faisant de mes songes, un amasis de cauchemars me réveillant par mes propres hurlements.

Je me cache sous mon lit, espérant la semer. Je ne pourrai pas passer le reste de mes jours à la fuir, à tenter de la semer. Je n'aurai sans doute pas le choix de la piéger, d'y faire face, de la regarder droit  dans les yeux.

Il paraît que j'ai tout pour être heureux, que je n'ai aucune raison de me plaindre. Il paraît qu'il y a des gens qui vivent des épreuves beaucoup plus difficiles que les miennes. On raconte que je n'aurais qu'à me botter les fesses et que tout finira par bien aller. On raconte même que se mettre une telle chose dans la tête, c'est finir par y croire par choix.

Tout ira bien, je le sais bien, j'avais seulement besoin de lever le drapeau blanc...

jeudi 23 mars 2017

M'aimeras-tu encore?


Je me souviens de ce soir il y a longtemps où tu m'as promis de m'aimer jusqu'à mon dernier souffle de vie. Nous étions jeunes, nous étions fous, les années n'avaient pas encore eu raison de nous. Le sablier du temps, s'est tout doucement rempli de par ces milliers de grains de sable, ces milliers de sourires, ces milliers de larmes. Aujourd'hui, me referais-tu cette promesse que tu m'as faite ce soir d'été où tout était parfait sous ce ciel étoilés? M'aimes-tu toujours malgré mes humeurs, mes failles, mes peurs et mes angoisses? Maintenant que tu sais qui je suis, que tu connais l'antre de mes secrets, peux-tu encore me dire que tu m'aimeras toujours? Seras-tu encore là, lorsque mon corps fatigué refusera de prendre le tien? Me tiendras-tu la main lorsque je ne pourrai plus marcher? Me combleras-tu de tes maigres avoirs lorsque je serai ruinée, Iras-tu te battre pour moi lorsque j'en aurai plus la force? M'aimeras-tu pour deux, lorsque je me détesterai au point de me maudire? Sauras-tu me calmer lorsque j'aurai envie de tout détruire autour de moi? Et si je partais à m'en perdre l'âme quelque part, me retrouverais-tu? M'aimes-tu encore, me choisis-tu encore chaque jour? Et s'il adviendrait que tu penses à une autre plus d'une fois par jour, la chasserais-tu de ton coeur pour me le redonner dans son entièreté? Et si demain, le destin s'acharnerait sur moi, me rendant gravement malade, m'aimeras-tu encore? Feras-tu parti de ces hommes qui restent, des hommes qui aiment malgré les malgrés? Je te le demande, demain, m'aimeras-tu encore?

mercredi 15 mars 2017

La main du diable


Mon amie, tu me disais que tout allait bien, que tu filais le parfait bonheur avec celui que tu appellerais l'homme de ta vie. Quelque chose en moi, me faisait croire le contraire mais tu insistais tellement sur l'avenir grandeur de votre amour que j'ai fini par te croire. Lorsque honteuse, tu m'as confié avoir été bousculée lors de votre dernière chicane,  j'ai aussitôt compris dans quel cercle vicieux tu étais prise. Comment pourrais-je te faire comprendre que lorsqu'on aime mal, on n'aime pas vraiment ? Que l'amour n'est pas fait d'injures ou de bousculades? Que l'amour doit te donner des ailes et non de te les arracher?


Peu après ma séparation d'avec le père de mes filles, j'ai fait la connaissance de Yannick. Comme je l'aimais! Après une relation de près de 10 ans, je ne désirais qu'une chose; aimer et être aimée. Rapidement, les gens de mon entourage m'ont mis en garde, selon eux il ne me méritait pas. Évidemment, je n'ai pas porté attention à leur mise en garde. J'étais même déçue qu'ils ne soient pas heureux pour moi. Plus ils parlaient en mal de Yannick, plus je le défendais, plus je m'éloignais d'eux.


J'ai rapidement compris qu'il n'était pas comme les autres, qu'il avait une certaine froideur mais dans ma désolante naïveté, je croyais que cela le rendait mystérieux. La noirceur de son âme s'est présentée à moi lentement, hypocritement, sournoisement. Il etait trop tard, je l'aimais.


Au début, il n'était pas violent physiquement. Il me faisait plutôt sentir coupable pour tout ce qui lui arrivait, me faisait payer pour tout, empruntait mon auto même si je ne voulais pas, me faisait courir le rejoindre chez lui aux grés de ses désirs, aux grés de ses besoins.


Yannick jouait de la guitare, il adorait le heavy métal. Bien que je détestais ce genre de musique, il se tenait des heures debout dans mon salon à jouer d'interminables partitions. Assise sur le divan, il insistait pour que je demeure là à l'écouter jusqu'aux petites heures du matin. Une nuit, je me suis endormie tandis qu'il jouait un morceau qui selon ses dires était si difficiles que seul les vrais guitaristes étaient capables de la jouer. Je venais à peine de m'assoupir, il est venu près de moi et m'a versé son verre de lait dans le visage. Tandis que je me réveillais en tentant de comprendre ce qui s'est passé, il a pris son cendrier et me l'a également lancé au visage. Terrorisée, j'avais peur de me lever, de réagir, de lui ordonner de partir. Je me suis donc assise puis j'ai pleuré tant j'étais humiliée . Il a alors pris sa bouteille de bière de la soirée qu'il n'avait pas terminée, s'est approché de moi et me l'a versée sur la tête en me regardant droit dans les yeux. Il m'a dit "vas-tu l'écouter là ma toune!? Je te joue quelque chose d'exceptionnel et toi tu m'insultes en me dormant dans la face"!!! J'ai alors pleuré toutes les larmes de mon corps en demeurant assise à l'écouter couverte de liquide et de résidus de cigarettes.  Je me répétais que le lendemain tandis qu'il serait au travail je lui téléphonerais pour lui dire de ne plus jamais revenir chez moi sous peine de porter plainte. J'aurais voulu qu'il parte sur le champ mais vivant dans une petite maison isolée en campagne, je redoutais sa colère.


Le lendemain,  je me suis rendue chez sa mère afin d'aller lui porter toutes ses choses et de récupérer ce que je pouvais avoir oublié chez lui. Sa mère qui était en pleurs m'a aussitôt demandé comment allait son fils, s'il me paraissait différent. Elle m'expliqua qu'il était ni-polaire et qu'elle venait de découvrir qu'il avait cesser de prendre sa médication depuis que j'étais dans sa vie. Elle insista sur le fait qu'il devenait une autre personne lorsqu'il n'était pas medicamenter et qu'elle avait peur qu'il se suicide si je le laissais tomber aussi brutalement. Ce soir-là, il se présenta penaud devant ma porte, se confondant en excuses. Il me parla longuement de sa maladie. Sa vulnérabilité et sa fragilité me touchèrent. Il me supplia de lui donner une seconde chance en promettant de prendre religieusement sa médication.



Empathique et ayant la fausse impression de comprendre son étrange comportement des semaines précédentes, j'accepta de rester à ses côtés. Tout se replaça très rapidement, me permettant de croire que tout cela s'était produit que parce qu'il avait cessé sa médication car depuis qu'il l'avait recommencé il s'avérait être un véritable amour. J'étais stupidement convaincue que ma douceur parviendrait à calmer cette colère qui semblait bouillir en lui.



L'accalmie dura quelques mois, me faisant croire que j'avais eu raison de penser qu'il pouvait changer que tout allait rentrer dans l'ordre. Sa fête approchant à grand pas, j'ai voulu lui préparer une surprise qu'il ne pourrait pas oublier. J'ai alors réserver un tour d'hélicoptère partant de St-Jean-sur-le Richelieu pour aller survoler l'île de Montréal. Je réserva une chambre d'hotel et un bon restaurant. Tout allait être parfait.


Le jour venu, on se rendit là-bas sans qu'il ne le sache. Durant le vol, il ne souffla pas un mot, ne souria pas, demeura de glace. Sur le chemin entre l'activité et le restaurant, il explosa de colère me traitant de tous les noms. Il avait peur des hauteurs, je l'avais conduis là que pour l'humilié, que pour rire de lui. Je me confondis aussitôt en excuses, lui jurant que je n'étais pas au courant, que ma seule intention était de lui faire plaisir. Je m'excusa en pleurant, le suppliant de se chasser la colère qui l'habitait visiblement. Au restaurant, il me fixa avec hargne, la mâchoire serrée, le regard plein de reproches. Nous n'avions pas terminé de manger lorsqu'il se leva en me disant "là c'est assez ma criss de salope, on s'en va"!!!


Ne comprenant pas ce qui se passait, je lui demanda en pleurant de rentrer à la maison. Il refusa, voulant aller discuter à l'hôtel. Loin de chez moi, je n'avais d'autre choix que de le suivre. Une fois à la chambre je lui demanda de m'expliquer la raison de sa colère. Il me répondit que je riais de lui; qu'au restaurant j'avais passé mon temps à regarder le gars derrière lui, qu'il m'avait vu lui mimer mon numéro de téléphone en lui disant de me téléphoner. Ce fut trop pour moi, j'explosa en larmes. Je me suis levée, prenant les clefs de mon auto en lui disant que je rentrais chez moi et que notre relation se terminait sur le champ. Il m'a aussitôt tirée par les cheveux, me propulsant sur le lit. Il lança mon téléphone cellulaire sur le mur, puis s'empara de mes clefs de voiture. Cette nuit-là, il m'a frappée à grands coups de pieds dans le ventre en me disant que c'était ce que méritait une salope dans mon genre. Tandis que je le suppliais de partir, il m'a arraché mes vêtements, m'a empoignée par le bras, à ouvert la porte de la chambre et m'a poussé dans le corridor. Sachant à quel point j'étais complexée, il se doutait bien que je serais incapable de me rendre à la réception de l'hôtel. Quelques minutes plus tard, il m'a fait rentrer puis m'a tenue réveiller toute la nuit en m'injuriant et en me frappant. 


Le lendemain, sur le chemin du retour, il m'a laissé sur le bord de la grande route menant à mon village. Il a récupéré sa voiture puis est parti. Lorsque je suis rentrée chez moi, tous les fils de ma maison étaient coupés soit les fils de mes télévisons, de mes DVD, des charges de mon ordinateurs, de ma caméra. Il avait déchiré mes photos, avait arraché le "tape" des vidéos cassettes de mes accouchements, de mes voyages et de tous les films que j'avais fait de mes enfants. Tout ce qui était cher à mon coeur était détruit, tous mes souvenirs, mon amour-propre aussi.


Je me promis ce jour-là de ne plus jamais excuser la violence conjugale, de ne jamais isoler le premier événement en tentant d'y trouver une explication. Yannick, tenta plusieurs fois de revenir, m'harcelant au téléphone, se rendant même devant chez moi. Une personne qui était très importante dans ma vie était dans le monde criminel, il me menaça de le dénoncer si je n'acceptais pas de lui donner une autre chance. J'étais évidement morte de peur mais je refusa tout de même de lui ouvrir la porte, de lui permettre de m'approcher. 


Un an plus tard, il se présenta chez moi avec des espèces de bricolage, me disant qu'il avait été interné et qu'il avait fait ses créations en pensant à moi. Je referma la porte, refusant de l'écouter. Mais tu sais quoi mon amie? J'ai compris que peu importe ce que j'aurais fait pour lui, jamais je n'aurais pu l'aider, le sauver, le rendre plus doux car il était mentalement malade. Mais tu sais ce qui est le plus ironique ma belle amie? C'est que tu étais de celle qui me disait jadis de prendre mes jambes à mon cou, de me sauver des mains du diable.


Aujourd'hui, c'est à mon tour de te dire de partir le plus loin que tu peux de son emprise, qu'il finira par te brûler les ailes, par effacer toutes les couleurs de ton âme qui te rendent si belle et lumineuse. Le prix à payer pour rester à ses côtés est beaucoup trop élevé. S'il n'en vaut pas la peine, toi en revanche tu vaux tout l'or du monde. Viens me voir, viens je vais t'écouter pleurer, je vais te consoler et te raconter la fois où j'ai laissé les mains du diable se poser sur moi.


mardi 14 mars 2017

Ma mère chantait toujours


On m'avait dit que le temps arrangeait les choses, qu'il adoucissait les peines, qu'ils guérissait les coeurs les plus meurtris. Je me suis accrochée à cet adage comme la misère sur le pauvre monde. Je me le suis répétée sans cesses jusqu'à ce que je finisse par le croire. J'ai essayé de guérir mon coeur en le remplissant d'amour, des plus beaux souvenirs écrits sur l'ardoise de ma mémoire, en m'entourant de gens plus merveilleux les uns que les autres. J'ai tout d'abord cru que je pourrais engourdir ce mal en buvant mais par chance après moins de six mois je me suis rendue compte que je n'aimais pas l'alcool et je n'ai jamais bu depuis. J'ai pensé me droguer à en perdre mes pensées mais j'ai eu beaucoup trop peur d'aimer ça et d'y plonger tête première comme pour faire taire l'écho des larmes. 


Ne sachant que faire, je me suis résignée à survivre tout simplement. Ma vie de maintenant n'a rien à voir avec ma vie d'avant car il y aura toujours ma va vie avec toi et ma vie sans toi. 


C'est ton anniversaire. Ce jour jadis joyeux est devenu un jour qui fait mal, qui m'écorche l'âme. Une alarme programmée me rappelant qu'une année de plus sans toi se terminait faisant place à une autre remplie de joie que tu ne vivras pas, remplie de larmes que tu ne consoleras pas.


Il m'arrive d'avoir l'impression d'errer sans trop savoir où aller. Passer devant chez toi m'est encore difficile. Je suis orpheline de toi Maman. Depuis, il manque une nuance dans les couleurs de mon âme. Bien que les étoiles soient plus brillantes, le soleil tant qu'à lui a perdu un de ses rayons.


Notre histoire commune s'est terminée promptement sans que je ne puisse terminée ma phrase, sans que je ne puisse écrire la fin. 


Si le temps arrangeait réellement les choses, il t'aurait fait revenir. Si le temps apaisait la peine, je pourrais parler de toi sans pleurer. En fait, le temps ne fait que m'éloigner de plus en plus de ce jour où tu étais encore là. Je me console un peu en me disant qu'il me rapproche également du jour où je pourrai enfin te raconter tout ce que tu as manqué.

Tu manques à ma vie, à chacun de mes sourires, aux souvenirs que je façonne sans toi. Tu manques à mon histoire, à ce que je deviens sans toi.

mercredi 18 septembre 2013

Petite Nana :)



Elle est née un soir d'été... A l'aube de la nuit naissante, nous nous sommes rencontrées. Enfin .... Après ses longs mois d'attente, d'espoir et d'amour, elle était là, endormie sur mon coeur ... Je n'ai pas été surprise, je savais que ce serait elle ... Je connaissais par coeur avant même de le voir, les doux traits de son visage.  Dès le premier regard, je l'ai reconnue ... Petite Nana ... Cette nuit-là, j'ai savouré chaque seconde, consciente de l'indescriptible lien qui déjà nous unissait... L'espace d'une nuit, sa première nuit, il n'eut qu'elle et moi... Plus rien ne comptait mis à part cet amour si pur et si puissant ...

Cette petite fleur est entrée dans notre belle et grande famille comme si ça place y était déterminée depuis fort longtemps... Ce fut simple, naturel, dans l'ordre des choses. Tous eurent un coup de coeur pour cette minuscule demoiselle qui de par sa naissance vint sceller nos deux familles en une seule tribu :) !!!

Véritable petit singe, cette petite fille de 15 mois me fait quotidiennement mourir de rire.... Elle apporte avec ses mauvais coups, un vent de magie et de pureté à nos vies. Ce temps qui défile si vite, pour une fois s'arrête et se fige autour d'elle. 

Notre maison semble s'être dressée dans la trajectoire d'une tornade, notre plancher est constamment couvert de nourriture, résultat de bombardements alimentaires,  le finish Quatum sous le levier est devenu une substance dangereuse à surveiller... Faire l'épicerie est un exploit, manger chaud aussi ... Tous ces petits changements dans nos existences, c'est petite Nana qui explore la vie :) !!!!! 




mercredi 29 février 2012

Maudites hormones



J'ai les hormones qui s'amusent avec mon humeur. Elles me font tourbillonner entre la plénitude et la désespérance voire même entre l'amour et la haine. Certains jours, certains moments, je me reconnais à peine tant je suis enragée .... Il n'y a plus de zone grise, tout est noir ou tout est blanc. Tantôt je suis d'une infinie patience, tantôt je fais des drames avec des riens...  Impossible de trouver le juste milieu ... 


Malgré mes fluctuations hormonales, je demeure tout de même consciente du miracle qui m'habite. Je caresse mon ventre des heures durant, rêvant patiemment à ce que sera demain. J'ai peine à croire que je porte en moi ma quatrième fille, ma quatrième merveille. 




Certes, il m'arrive d'angoisser légèrement devant le défi qui m'attend mais je me ressaisie aussitôt en demeurant persuadée que j'ai pris la meilleure décision qui soit... Cette petite fleur en moi, je l'ai espérée aussi fort qu'il est possible d'espérer :)


Cependant, il m'arrive de me sentir seule face à tous ces petits bonheurs, ces petits moments uniques que je vis au quotidien... Peut-être espérais-je être traitée en véritable princesse, je l'ignore... J'aimerais parfois que mon homme soit aussi enthousiasme que moi aux soubresauts de ma bédaine, qu'il ne parle que de bébé, qu'il ne rêve que de rose et de biberons... Les hormones sans doute ... Je sais bien que la terre ne cesse pas de tourner simplement parce que je porte la vie mais je dois avouer que j'aimerais parfois que ce soit le cas... 


Maudites hormones !

lundi 16 janvier 2012

Parfum d'Autrefois





Dans l'antre de ma demeure, un parfum d'enfance oublié. La mienne, la leurs, la nôtre j'imagine ... Un doux mélange de rires, de larmes, de nostalgie et de bonheur aussi... Il me semble pourtant que hier encore, je courrais librement, les nattes dansant aux quatre vents. Il me semble que hier encore, j'aimais ceux qui m'entouraient sans la moindre méfiance, sans la moindre peur... L'innocence de l'enfance j'imagine... Mais où est passé la musique que maman faisait jouer les soirs d'hiver? Elle s'est éteinte en même temps que maman j'imagine... Et qu'arrivera-t-il le jour où je m'éteindrai à mon tour? Aurai-su faire perdurer la musique?


Et mes filles qui grandissent plus vite que les saisons, ne se réfugiant plus sous ma jupe au moindre frisson... Il me semble que hier encore je possédais les clefs de la vérité, qu'à leur yeux je connaissais tout mais voilà qu'elles me répètent que je sais rien, que je ne connais rien, que j'ai oublié ce qu'être jeune signifiait ... J'ai parfois l'impression qu'elles oublient d'avoir besoin de moi, de mes conseils, de mon appui et peut-être même de mon amour? Je sais bien que non, qu'un jour prochain, très proche sans doute, elles seront de nouveau devant moi me disant c'est doux mots que je rêve d'entendre:"Qu'en penses-tu maman"?...


Et moi qui ne peux pas me réfugier dans les bras de maman. Qui ne peut pas pleurer avec elle ma peur de vieillir et de voir cette merveilleuse vie me filer entre les doigts. Je ne peux que me contenter d'attendre l'heure où je serai à mon tour cette maman si chère à leur coeur, celle qui possédera de nouveau les clefs de la vérité :)






»

vendredi 25 novembre 2011

Un miracle de plus ...


Je suis un arbre de vie. En moi pousse une petite graine d'amour et d'espoir. Un véritable miracle en soit. Au creux de mon ventre, le quatrième amour de ma vie qui se fabrique doucement ... Au bout de quelques saisons, il sera là cet être en devenir. Ma vie ne sera alors plus jamais la même ... Je suis en attente de mon destin, de cette rencontre qui me transportera ailleurs, qui me transformera une fois de plus. Je dois cependant avouer que porter la vie dans la trentaine n'est pas mission facile ... Ayant eu mes trois filles avant et dans la vingtaine (17, 19 et 22 ans), je sens que mon âge me rattrape tranquillement... 

Je découvre des nouvelles facettes de mon caractère ... J'ignorais à quel point je pouvais être impatiente, irritable et ultra-sensible ... Comment peut-on passer de la colère aux larmes en quelques minutes? Et que dire de ce corps sans énergie que je vautre du salon à la chambre à coucher comme si j'étais une baleine échouée entre deux rives .... Je suis désespérément à la recherche d'énergie.... 

Malgré ces petits inconvénients, je me sens plus que bénie d'attendre cette petite merveille, la sixième de notre belle et grande famille recomposée :)

vendredi 29 avril 2011

Viens marcher dans mes pas...


Tiens... Prends mes souliers et viens marcher sur le chemin de ma vie... Viens, je prendrai ta main pendant que tu parcourras des chemins dont tu ne soupçonnais pas l'existence.... Tu dis me connaître, tu affirmes comprendre ma peine, tu clames haut et fort que tu ferais différemment si tu étais moi? Je t'ai entendu dire qu'être à ma place tu n'aurais pas fait ceci, que tu n'aurais pas dit cela... Alors qu'attends-tu? Laces mes souliers et viens....


Je t'accompagnerai dans l'ombre de la nuit tandis que les monstres te tiendront éveillés jusqu'à l'aube... Je tiendrai tes cheveux tandis que tu vomiras sur le bord de ton lit, dégoûtée par leur souffle chaud dans ton petit cou.. Et le lendemain en classe, je te regarderai blessée et apeurée... Pourquoi t'endors-tu pendant que le professeur parle? Tu as seulement dormi quelques heures? Mais nous en sommes qu'à la première année de ton primaire... Cela ne fait que commencer... Comment traverseras-tu la suite si tu es déjà épuisée? Relèves-toi, le voyage ne fait que débuter... Personne ne te croit? Alors chut, ne dit plus rien et attends... Raccroches-toi à l'idée que les années passeront et que les monstres finiront par partir... Secoues -toi un peu...


Toi qui pensais tout connaître de moi.... Nous voilà maintenant à la fin du primaire... Pourquoi n'as-tu pas de meilleur résultat? Tu es pourtant rempli de potentiel? Tu es épuisée? Voyons, tu n'as pas douze ans, tu devrais être en pleine forme? Tu implores la présence de ta mère en pleurant? Je t'arrêtes tout de suite car dans ma vie, il n'y a pas de maman... Tu es seule... Tu manques de tout et même de lait... Tu as faim, tu as froid et tu as peur...Pourquoi es-tu seule dans ton coin? Pourquoi ne vas-tu pas vers les autres enfants? Ah... ils te rejettent? Leurs parents trouvent ta famille trop étranges et par conséquent préfèrent que leur cher chérubin ne t'approche pas? Petite fille, ne prend pas les choses trop personnels et continue d'avancer...


Tu viens de souffler les bougies de ton seizième anniversaire et tu deviendras toi-même mère bientôt? Je croyais pourtant que tu saurais faire les choses différemment? Et tes études? Tu ne vois plus le bout? Pourtant, tous disent que tu es brillante... Quel gaspillage!


Tu ne sais pas comment aimer? Tu es incapable de démontrer de l'affection et de la compassion? Tu ne sais pas comment prendre soin du père de tes filles? Apprends comment car tu seras à ses côtés pendant près d'une décennie et si tu ne parviens pas a bien prendre soin de lui, d'autres femmes le feront et tu le trouveras un jour dans les bras de sa maîtresse... Tu n'aimes pas la jeune femme aride, chicanière et rancunière que tu es devenue? Ah je ne comprends pas... Tu devais faire mieux que moi pourtant...


Pourquoi pleures-tu ainsi? Ah... Il t'a quitté? Il est avec elle? Ne t'avais-je pas prévenue? Quel homme voudrait de cette femme pleine de colère et d'amertume que tu es devenue? Vas-y, entame un changement, il en va de ta survie... Tu es maintenant seule et n'oublie surtout pas que trois petites filles dépendent de toi... Tu es incapable de chasser cette colère qui te ronge le coeur? Tu dois changer, je l'ai fait moi... Tu devais faire mieux pourtant... Appropries ta colère comme je l'ai fait. Pardonnes à la vie, acceptes et comprends aussi... Transformes ta hargne en expérience de vie et apprends à être fière des pas que tu es parvenues à franchir sur ce chemin cathodique... J'ai appris à aimer au lieu de détester, à compatir au lieu de maudire, à apprécier au lieu de m'apitoyer... Allez, fais-en autant... Et tu sais très bien que je n'ai pas tout dit, que je garde secret certains drames que nous avons vécu.... Allez, relèves-toi et sois heureuse!


Les années se succéderont au rythme des déception et des épreuves... Mais, ne craint rien car je serai toujours là, dans l'ombre de tes larmes, observant le moindre de tes gestes, la moindre de tes erreurs.... Je t'observerai vivre des amours difficiles, réapprendre doucement comment aimer... Saches que tu ne pourras compter que sur toi-même, que tu jongleras des années durant avec les gardiennes, le travail, les embuches de la vie... Tu accompagneras l'adulte que tu aimes le plus au monde dans sa maladie et tu le regarderas impuissante tandis qu'il s'éteindra doucement devant toi.


Tu es fatigué? Tu as suffisament marcher? Tu veux te reposer, reprendre ta vie? Nous n'avons pas terminé... Tu disais pourtant que tu ferais mieux que moi? Redonnes-moi mes souliers...

jeudi 28 avril 2011

Quand tout s'éfondre

Une vie entière semble s'être écoulée entre hier et aujourd'hui.... Une vie, ma vie, complètement bouleversée, complètement chavirée... J'étais là, naviguant paisiblement sur une mer limpide, claire et apaisante, le coeur débordant d'amour. J'étais là, en plein contrôle de ma vie, de mon équipage, de mes jours et de mes nuits. J'étais là, soucieuse du bien être de ceux qui croisaient ma route. J'étais là, assumant pleinement ce que j'étais devenue au fil des larmes, des ans et des expériences vécues. Puis, soudainement, j'ai perdu la carte routière qui devait me mener au bonheur. La pénombre s'est tranquillement installée dans le ciel de ma vie jusqu'à ce que je perdre complètement de vue la lumière du soleil. Sournoisement, le malheur a affecté tous les sphères de mon existence jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucune place pour le bonheur aussi petit soit-il... Je n'ai rien vu venir, me croyant à l'abri de par mon éternel optimisme... Moi qui croyais que ma résilience, ma capacité à rebondir, la force de mon moral, étaient en fait une muraille, une forteresse qui me gardaient à l'abri du malheur... Moi qui prônais que le bonheur était un choix, mon choix... J'ai compris que les choses n'étaient pas au simple...





Je me suis réveillée à peine consciente, après avoir échouée sur les berges. Tout est était soudainement noir autour de moi. J'avais peine à tenir debout... J'étais probablement déjà inconsciente lorsque mon navire a sombré car lorsque je me suis réveillée, j'étais là, gisant presque sans vie sur le rivage...Mais qui étais-je devenue? Qui était cette triste femme dépourvue de lumière? Mais où était passé ma joie de vivre? Qui avait volé l'essence de mes sourires? Ce voleur de bonheur s'est faufilé dans ma vie sur la pointe des pieds emportant avec lui l'écho de mes éclats de rire.... Je ne l'ai pas vu venir tout comme je ne l'ai pas vu s'enfuir. Je croyais pourtant être équipée d'un radar "anti-dépression".... N'avais-je pas prouver par le passé que je savais danser sous la pluie? J'avais si souvent maîtrisé la violence du vent qui se déchaîne, la force des orages, la noirceur des cieux que je les craignais plus les caprices de mère nature...




Je me croyais à l'abri mais mon abri était fait de paille... Le brouillard rend ma route périlleuse et mes pas précaires et incertains... J'ignore où je vais, je ne reconnais plus les panneaux routiers que j'ai pourtant moi-même érigés au bord de ma route... J'ai perdu pied... Le diagnostique a tombé:"dépression majeure"... Moi? Non, pas moi.... Je me sens triste, vide d'émotion, accablée d'une insurmontable fatigue mais en dépression? Non, c'est impossible?




J'ai perdu mon amour des mots, ce culte que je vouais hier encore à ma plume... J'ai perdu foi en ce que j'amais... Je ne peux écrire d'avantage, pas aujourd'hui, pas maintenant...




Demain peut-être?

mardi 8 mars 2011

Famille recomposée: faire le grand saut....

Que de nouveau dans le ciel qui surplombe ma vie... Que dire de ce nouvel amour qui semble m'ouvrir des portes que je croyais fermées a double tour et dont j'avais volontairement égaré la clé... Antoni sera sans doute celui qui parviendra à me tirer de ma vie de recluse... Moi qui me vautrais dans ma solitude, dans mes vieilles habitudes, dans mon petit village éloigné voilà que j'ai semble-t-il accepté de faire le grand saut... Et c'est peu dire... En plus d'avoir accepté de devenir la femme de cet homme, voilà que je me suis enfin décidée à quitter la douceur de mon foyer pour emménager avec lui... Il est bien évident que cette idée me traumatise à un point tel que j'arrive à peine à gérer mon angoisse au grand désarrois de mon homme qui voudrait tant que je partage son excitation... Comment lui expliquer que tous ces changements me glacent le sang... Que moi petite campagnarde confortable dans ma petite routine et bien ancrée dans mes habitudes de vieille fille, je ne peux pas sauter de joie face à ce revirement ministériel... Je dois avant tout faire le deuil de ce que fut ma vie depuis ces sept dernières années où le célibat semblait me convenir parfaitement :) Certes, j'ai partagé ma vie avec des hommes mais je m'abstenais toujours de partager mon quotidien... Mes relations amoureuses étaient disons sur une base hebdomadaire... Pas question de promesses, de plans d'avenir, de projet de cohabitation...



A présent, les choses sont différentes... Je ne peux plus reculer... J'ai finalement accepté de foncer... Mais, j'ai peur, oh comme j'ai peur... Moi, vivre avec un homme? Vais-je être capable? Moi qui demeure avec mes trois filles depuis tant d'années... Notre clan exclusivement féminin se verra pris d'assaut par la gentes masculines... Pauvres nous ou pauvres eux je ne sais plus.. Et que dire de ma maison... Cette petite maison que j'habite depuis l'aube de mes vingt-et-un ans, comment lui dire adieu? Si seulement il pouvait comprendre que je suis incapable d'être enthousiasme tant la peur de l'inconnu me paralyse... Abandonner ainsi ma vie au détriment d'une nouvelle me donne le vertige et c'est peu dire...



Je vois bien dans les yeux de mon homme que mon comportement l'insécurise... Le pauvre a tellement hâte de voir ma tribu débarquer chez lui qu'il a du mal comprendre que je ne partage pas son débordement de joie :) En fait, c'est un peu plus complexe que cela... Disons qu'inconsciemment je tente par tous les moyens de tout saboter... Depuis le jour où j'ai accepté son offre, j'ai tenté à plusieurs reprises de mettre fin à notre relation. Pourquoi? Je l'ignore... Sans doute parce que je suis simplement morte de peur... Je me sens prête à faire le grand saut et mes petites chéries sont plus que d'accord mais ... :)

Mon bel amour, ne craind rien, je ne changerai pas d'avis... Dans quelques mois nous vivrons tous ensembles... Tentes simplement de comprendre que pour moi c'est une étape importante voire même très difficile... Il y a si longtemps que vogue seule sur la mer de la vie que je ne sais plus trop comment pagayer à deux.. Je t'aime et j'ai confiance que tu sauras m'apprendre comment être heureuse à deux...

samedi 27 novembre 2010

Soeurs pour la vie ...



Si mes enfants étaient carnivores, cela ferait longtemps qu'il ne me resterait qu'une seule fille... Laquelle resterait-il, je ne gagerais pas ma paie la dessus, mais il n'en resterait qu'une seule, cela j'en suis certaine... Mes adolescentes se disputent aux quatre minutes, top chrono. En fait, elles ne se disputent pas, elle s' entre tuent. On croiraient entendre une bataille de chat de ruelle, une lutte à finir entre deux redoutables matous. Je sais pertinemment que les disputes entre soeurs sont normales et que très peu de famille y échappe mais croyiez moi sur parole, je parle ici de véritable razzia... C'est la mer qui se déchaîne, les quatre vents qui se disputent le ciel, les astres qui se battent entre elles.... Par chance qu'elles ne sont pas jumelles, parce qu'il est évident qu'au moment de leur naissance, il y en aurait seulement eu une de viable! Et si par un hasard de circonstance la vie les avaient placées en même temps dans mon utérus, ce n'est pas de triplées que j'aurais accouchées mais bien de trois restants de foetus décédés au combat.... Mes filles dans le même utérus? Oubliez même l'idée...


Comment des enfants peuvent-ils se détester autant? Je sais bien qu'un jour elle auront besoin l'une de l'autre et qu'elles s'aimeront malgré le temps, la distance et leur différence mais en attendant, c'est moi qui n'en peux tout simplement plus de cette insupportable symphonie de cris qui résonnent constamment entres les murs de la maison... Mes filles ne se disputent pas, elles grognent! Qui grognera le plus fort? Qui montrera les dents le plus longtemps? Qui en viendra à mordre l'autre? J'ai parfois l'impression d'avoir perdu il y a fort longtemps mon rôle de chef de meute au détriment de mes enfants qui semblent être chef de leur propre meute... C'est parfois franchement découragement... Moi qui rêvais innocemment d'une famille unie au sein de laquelle l'entraide, l'amour et la camaraderie trôneraient allègrement... Isssshhhhh, j'ai lamentablement raté mon coup...



Il faut comprendre que de notre famille c'est la loi du -c'est pas moi c'est ma soeur- qui règne en permanence. Ce n'est jamais une, c'est toujours l'autre et étrangement aux dires de l'autre ce n'est jamais elle mais bien toujours l'autre... Donc à qui la faute, à l'autre ou à l'autre? Il m'arrive d'être à ce point désespérée que j'en viens à faire la sourde oreille et à me fermer complètement à leur chicane... La policière en herbe que je suis spécialisée en enquête de chicane enfantine commence à en avoir plus que assez de se faire porte-parole de ses enfants mal compris. Qui a commencé, qui a dit quoi à qui ? Et bien vous savez quoi? Je m'en fiche éperdument! Cela ne fait certes pas plaisir à mes pauvres enfants qui finissent par me lancer des :-"c'est ça, elle m'a dit cela et tu ne fais rien, c'est certain puisque c'est ta préférée"-! Pauvres petites filles incomprises, victimes d'un système familial corrompu...




C'est le même phénomène en ce qui concerne le ménage, que dis-je, l'incommensurable bordel qui trône en permanence... Pourquoi l'enfant X laverait-elle la vaisselle aujourd'hui tandis qu'il y en a deux fois plus que la veille? C'est injuste qu'elle doive laver trois tasses de plus que sa soeur... Pourquoi passerait-elle la vadrouille si sa soeur ne doit que passer le balais? Scandale!! Et si par malheur un verre traîne sur la table basse du salon, n'essayer pas de savoir qui l'a laissé là car vous obtiendrez toujours la même réponse:"c'est pas moi c'est elle"!!!



Mel xxx

P: N'hésitez pas à me laisser un commentaire =)

jeudi 28 octobre 2010

Quand tout va mal....

Tout va mal. Rien de flagrant, un peu comme si le malheur s'installait sournoisement en se frayant subtilement un chemin dans tous les sphères de ma vie. Mes projets avortent les uns après les autres, les déceptions s'enchaînent à une cadence hallucinante. Est-ce tout simplement la noirceur qui s'installe tranquillement à l'approche de l'hiver emportant avec elle un vent d'angoisse? C'est possible... Est-ce tout simplement une "écoeurantite" aiguë survenue à force d'accumuler les "bah, ce n'est pas grave, tout s'arrangera"? C'est possible... A force de toujours opter pour une vision positive des choses, force est d'admettre que la pensée positive n'est pas toujours la solution à tous les maux de la terre! On a beau être optimiste et tenter par tous les moyens de garder le cap mais être positif n'empêche pas le ciel de nous tomber sur la tête...

Ce n'est pas mêlant on dirait que j'ai attrapé le virus du syndrome prémenstruel annuel ! Pas moyen de desserrer les dents... Je crois que je bougonne même en dormant! Depuis un certain temps, je suis le seul personnage actif dans mes rêves, ce qui s'explique aisément puisque même dans mes songes je suis une vraie enragée! Même Morphée n'est plus capable de m'endurer... Elle refuse de me prendre dans ses bras et son absence me plonge dans l'insomnie.


Vous vous demandez sûrement ce qui se passe pour que je sois dans un tel état mais je ne saurais même pas vous répondre... C'est rien et tout à la fois... Une profonde et déprimante stagnation dans mon quotidien, un flot de mini mauvaises nouvelles qui m'obligent constamment à être en mode "cherchons une solution", des projets qui me permettent de rêver puis qui s'écroulent aussi rapidement qu'un château de cartes.... C'est une mère mono parentale complètement dépassée qui écrit ces lignes, c'est une amoureuse insécure qui enligne ces mots, c'est une enfant qui s'ennuie de l'appui de ses parents qui hurle à la nuit son épuisement...

Je sais pertinemment qu'après la pluie le soleil revient toujours ... Mais la pluie peut causer des inondations, peut réduire à néant des récoltes, peut faire sortir de son lit la rivière la calme qui soit... Oui le soleil revient toujours mais en attendant son retour, la pluie peut si elle le désire vraiment causer d'irréparables dégâts...

Je suis amère et enragée mais je sais que nombreux sont ceux et celles qui en ce moment même vivent le pire drame de leur vie... Au moment même où j'écris ces lignes, des gens portent en terre leur enfant, celle qui leur a donné la vie ou même l'amour qui les a accompagné leur vie durant... Qu'est-ce que mes petites petites frustrations alors? D'ailleurs, ne soyez pas inquiet pour moi, tout ira bien demain... Je ne demeure jamais très longtemps en mode négative... Je me relève, affiche un sourire sur mon visage et poursuivis gaiement mon chemin... :) Demain, si vous m'écrivez "j'espère que tu vas mieux", je ne penserai sans doute même plus à ce billet et répondrai "oui tout va très bien pourquoi"?

Ce n'est qu'un moment de cafard passager qui me quittera en même temps que les outardes que j'aime tant... Lorsque ces dernières s'envoleront vers la chaleur de d'autres contrées, elle emporteront ma peine avec elles... Demain promet d'être meilleur....

Mélanie :)

PS: Laissez-moi un commentaire ci bas ou cliquez sur la petite enveloppe pour m'écrire directement...

vendredi 15 octobre 2010

kilos en trop, vergetures et compagnie!


J'ai déclaré la guerre à mon corps il y a de cela plus d'une décennie et depuis aucun traité de paix n'a été signé. Tant qu'il refusera de m'obéir, je me refuserai de l'aimer, c'est une question d'équité. Je le bouderai jusqu'à la fin de mes jours, s'il le faut... Chose certaine, je ne l'emporterai pas au paradis celui-là.. Cette enveloppe de chaire molasse, ce corps qui jour après jour me fou la honte... Je m'obstinerai à le garder caché, je le camouflerai sous une tonne de vêtement, peu m'importe tant que sa nudité demeure dans l'ombre. Aucun homme ne pourra le contempler à la lumière du jour, ni même à la lueur d'un rayon de lune tant qu'il reflétera une image si désolante. J'entends encore les hommes qui m'ont aimé me chuchoter tendrement: - "mais arrêtes, il est parfait ton corps"... Oui, il est parfait mon chéri parce que la sève te monte au cerveau et qu'un homme remplit de désir trouve obligatoirement tout beau tant qu'il peut explorer ce beau... Je ne suis pas dupe, je sais pertinemment que la perfection est somme toute à l'opposé de ce que je suis... J'ai eu un corps de rêve, autrefois... En effet, durant presque une année entière j'ai été canon. Oh oui monsieur, j'ai déjà eu une poitrine pleine et appétissante, un pur délice... Je me souviens vaguement d'avoir été la propriétaire d'un ventre plat dépourvu de vergetures... C'était l'année de mes seize ans, juste avant que je ne porte en moi la vie, juste avant que je n'apprenne à mes propres dépends que je ne possédais malheureusement une peau qui ne s'étire pas... Au contraire, elle se fend et se creuse jusqu'à former un paquet de petits chemins qui ne mènent nul part...

Mon ancienne belle-soeur parlerait de ses vergetures comme étant de petites flammes d'amour, preuves qu'elle a un jour donné la vie mais je dirais pour ma part que ces pseudos flammes d'amour ont flambé mon potentiel féminin réduisant à jamais en cendres mes chances de porter sciemment un minuscule bikini. Mon ventre a l'apparence d'une mappemonde en 3D et peu importe si la cause de ce relief de chaire est la production de mes adorables enfants, le résultat final demeure le même... Un aveugle en aurait pour des lunes à déchiffrer les milliers de petites rues sans issues qui recouvrent mon bas ventre... Toute une expérience tactile, des heures de plaisir :)Et que dire de mes rondeurs... Rien de dramatique, moins d'une dizaine de kilos en trop mais c'est amplement suffisant pour faire un amas de bourrelet à l'avant de mon jeans. La grande classe quoi! J'ai parfois l'impression que de dizaines de petites colonies de graisse tentent d'ériger leur territoire un peu partout... On dirait presque que les magnifiques rondeurs qui composaient autrefois ma poitrine ont fondus pour finir par s'échapper avant d'aller se loger dans mes hanches... Ma poitrine, sujet délicat... Au fait, est-ce vraiment une poitrine? On dirait plutôt deux pneus dégonflés suite à une crevaison qui s'est avérée fatale.. C'est incontestablement beaucoup plus qu'une simple fuite d'air... Dans le dictionnaire, -la poitrine de Mélanie- sert d'exemple d'antonyme pour l'expression "ce qui est pulpeux et ferme". Je pourrais les rouler, en faire de minis eggs rolls et les servir en entrées. Une bouchée et c'est terminé, à peine le temps d'y goûter :)Il m'arrive de détester à ce point l'image que me renvoie la glace que j'en deviens mal dans mon corps... Je frémis en songeant que plus les années passeront et plus la mollesse me gagnera... Un jour, la loi de la gravité en personne fera :-- "Ouach pauvre elle, que s'est-il passé ici"?? Elle tournera les talons et me citera en exemple... Et c'est alors que la pitié viendra me consoler :) Pathétique !

Ne soyez pas triste pour moi car l'éternelle optimiste que je suis ne se décourage pas pour si peu... :) Mes varices, mes vergetures, mes bourrelets ne sont en faits que des oeuvres d'art exécutés par un artiste anarchiste qui tentait de se rebeller contre la perfection... Je suis donc un chef d'oeuvre ! Ce n'est d'ailleurs qu'une question de temps avant que je n'apprécie mon potentiel physique car je sais que lorsque je serai morte et décomposée, je serai agréablement surprise par ce magnifique squelette dont je suis l'heureuse propriétaire :)